Titularisation des stagiaires 2019 - Toujours un grand nombre de stagiaires menacé-es dans l'académie de Nantes

Ce jeudi 11 juillet, nos élu-es siégeaient en CAPA, pour examiner les propositions de titularisation ou de renouvellement de stage des certifié-es stagiaires nommé-es par liste d'aptitude, des stagiaires concours exempté-es de l'EQP, et des contractuel-les BOE.

Comme chaque année, nous en avons profité pour demander qu'une information statistique nous soit donnée au sujet des autres stagiaires certifié-es. En effet, le rectorat de Nantes se refuse à ce que la CAPA des certifié-es examine chaque situation, comme cela est pourtant le cas pour les agrégé-es.

58 stagiaires certifié-es ou BOE ont été convoqué-es à un entretien en raison de la présence d'au moins un avis négatif dans leur dossier de titularisation (ils et elles étaient 59 l'an passé, et 62 en 2016-2017). Ce chiffre paraît relativement stable, mais rapporté au nombre global des stagiaires, il est en augmentation, et représente près de 12 % des stagiaires. Ce chiffre ne tient de plus pas compte des démissions, qui semblent, selon les retours que nous avons, en nombre relativement important cette année, notamment dans certaines disciplines particulières.

Cette année, le DRH, qui présidait la CAPA, n'a pas été en mesure de nous fournir d'autres éléments statistiques plus précis. Et pour cause : certaines décisions (titularisation, renouvellement ou licenciement) étaient encore en attente de signature du recteur, près d'un mois après les entretiens devant les jurys.

Le rectorat de Nantes serait-il gêné de publier des chiffres montrant un fort taux de stagiaires non-titularisé-es ? Plutôt que de chercher à dissimuler le nombre de stagiaires non-titularisé-es dans l'académie de Nantes, il serait préférable d'affronter enfin ce problème, particulièrement aigu dans notre académie, sur lequel le SNES et la FSU tentent d'alerter chaque année. Le ministère lui-même s'inquiète de la situation nantaise, y compris publiquement dans le rapport du 24 mai 2016 publié à la suite de la Journée des ESPE, qui pointe l'académie de Nantes comme l'une des académies où la part de stagiaires non titularisé-es est la plus importante.

Dès que nous serons en possession de chiffres plus précis, nous les publierons sur le site.

Pendant la CAPA, à chaque situation de non-titularisation, les élu-es du SNES-FSU ont été les seul-es à interroger le rectorat (DRH et inspection) sur les raisons des propositions de non-titularisation, à en souligner les incohérences le cas échéant, et à interroger l'administration sur les aménagements qu'elle est tenue de mettre en œuvre pour certaines catégories de recruté-es.

Nous avons imposé que les décisions de licenciement soient systématiquement soumises au vote (indicatif dans le cadre d'une CAPA, car c'est in fine le recteur qui prend la décision). La parité syndicale s'est généralement opposée à ces propositions de licenciement, préférant une proposition de renouvellement du stage (il s'agissait de proposition de licenciement dès la 1ère année), sauf les élus du SE-UNSA qui se sont à chaque fois abstenus.

Nous avons par ailleurs profité de la CAPA du jeudi 10 juillet pour intervenir sur d'autres sujets :

  • Nous avons dénoncé le délai, très long, entre les convocations de certain-es stagiaires à un entretien devant le jury, et la communication du résultat de cet entretien : près d'un mois, à un moment où les stagiaires doivent s'organiser pour la rentrée prochaine, c'est proprement inacceptable ! D'autant que celles et ceux qui seront renouvelé-es le sauront trop tard pour faire des vœux sur DAMAS.
  • Nous avons demandé quel dispositif le rectorat mettait en place pour garantir aux stagiaires, qui recevront leur résultat d'affectation le 17 juillet, donc après la fermeture des établissements, de pouvoir obtenir les informations nécessaires (services, coordonnées du-de la tuteur-trice). Le DRH a indiqué que le recteur donnait en ce moment consigne aux chef-fes d'établissement d'assurer une veille même minimale par mail. Espérons que cette consigne soit suivie, car ce ne fut pas le cas l'an passé !

Pour plus de détails, reportez-vous à la déclaration des élu-es du SNES-FSU.